banner4.png

Muchos gratias – Merci beaucoup, vous dit Monsieur l’évêque Guillermo de notre Diocèse partenaire en Colombie, pour le soutien du Décanat de Wiltz.

A travers notre action de l’Avent, nous avons pu lui remettre 14.130,33€. Le Décan ainsi que moi-même avons pu lui dire Muchos gratias – Merci beaucoup, lors de notre visite du Diocèse de Girardota au passage du Nouvel An.

Avec notre seule phrase en espagnol Dónde están los servicios ?", nous avons su très bien nous débrouiller. Malgré certaines barrières linguistiques, nous avons rencontré une hospitalité et une énorme franchise. Ainsi nous avons pu découvrir un pays certainement unique à travers sa Nature. Un pays gigantesque, aux hautes montagnes, aux villages isolés, avec une flore riche en plantes exotiques et des routes ressemblant plus à des pistes pleines de boue. Quelqu’un qui ayant connu les routes colombiennes en voiture, ne se plaindra plus jamais de l’état des routes luxembourgeoises.

Mais ce furent surtout le gens qui nous ont impressionnés. Les colombiens ont une joie de vivre énorme, même si beaucoup d’entres eux, voir la majorité, vivent dans des conditions très simple. Une petite maisonnette de 3 à 4 chambres, où vivent des familles la plupart constituées de 8 personnes. Une vie privée comme on la connaît n’existe quasi pas là bas. La vie quotidienne se compose du travail commun, de dialogues et moments de joie et rires communs. C’est cela la vie de famille là-bas.
Nous avons également rencontré une Foi des gens profonde. En Colombie nous avons rencontré des choses que, chez nous, on qualifierait comme « kitsch » mais là bas la Foi fait partie du quotidien et la Foi façonne la vie des gens.

Il n’est pas extraordinaire de rencontrer 250 personnes d’une ville de 3000 habitants dans une messe en semaine. Et ne parlons pas des dimanches, les églises sont surchargées. Certaines personnes prennent sur eux une marche de 3 heures pour aller à la messe ; tout simplement parce que c’est un besoin de retrouver leur communauté.

Nous avons également rencontré un grand nombre de curés très engagés. L’âge moyen du clergé est de 40 ans. Deux d’entre eux me tiennent spécialement à cœur. Le premier est curé dans une nouvelle paroisse. Il avait loué le rez-de-chaussée d’une petite maison. Le salon faisait office d’église, la cuisine, elle de sacristie, et le curé avait lui une petite chambrette sans fenêtre, attelée à l’église. Dedans ce trouvait un lit, une table et une chaise. On arrive a être heureux avec peu de choses.
L’autre curé avait une paroisse en pleine brousse. Le dimanche il devait monter jusqu’à 4 heures à cheval pour donner la messe. Il était un vrai aztèque et, à son domicile, il y avait une statue du Saint Curé d’Ars sur la table. Lors du repas du midi j’ai dû sourire chaque fois que je voyais la statue et à côté d’elle le curé, car il était aussi mince que le Saint.

Certes, l’église en Colombie a aussi ses problèmes. Le progrès et ses courants négatifs qui trainent dans son voile, n’a pas épargné l’église colombienne. Ils doivent aussi planifier leur avenir, et cet avenir est surtout situé dans la famille, les enfants et le Ministère des jeunes.

Mais ce qui authentifie leur Communauté Chrétienne est la façon simple, non compliquée et chaleureuse de vivre ensemble. Ainsi qu’une grande fidélité et un grand amour pour l’Église. C’est une chose que j’aimerais prendre avec chez nous, chose possible aussi à atteindre chez nous. Car des Communautés pareilles savent convaincre.

Pour finir une petite anecdote pour montrer la profondeur avec laquelle la religion est ancrée dans la société colombienne. L’évêque nous conduisait en voiture et il roulait trop vite. Bien sur nous sommes tombés sur un contrôle de la police. L’évêque a descendu la vitre et parlé au policier. Puis il lui a donné sa bénédiction et le P.V. fut payé. Dommage que cela ne fonctionne pas chez nous !    

Muchos gratias – Merci beaucoup, pour ses 10 beaux jours, pleins de suspense et d’informations, mais également intensifs.

Au nom des deux pèlerins en Colombie.

Marco Wehles, Curé de la Communauté pastorale de la Haute Sûre.

Bulletin pastoral 01/2012