banner4.png

L‘intérieur

Le clocher actuel, avec sa voûte en pierre et ses murs épais, date de l’année 1773. La nef fut rénovée et agrandie vers 1870. Cette belle église de style néo-gothique fut consacrée en 1873.

L’intérieur est donc de style néo-gothique. Des croisées d’ogives soutiennent le poids de la voûte et le transmettent aux colonnes à moitié cachées dans les murs de la nef. Le maître-autel, réalisé par la firme Theves de Hosingen en 1903, s’intègre parfaitement au style néo-gothique de l’édifice et,  bien que les différentes pièces du mobilier aient été façonnées dans différents ateliers, leur aspect d’ensemble forme une belle unité harmonieuse.


 

Les vitraux

Les anciens vitraux furent détruits lors de la Seconde Guerre mondiale. Faute de moyens financiers, on y plaça de simples vitraux transparents, qui ne correspondaient pas au caractère de l’église et qui étaient finalement en fort mauvais état. En la personne d’Uli Lindow de Schobüll (Allemagne du Nord), la fabrique d’église a su engager un artiste de renom, qui s’est investi avec passion et dévouement dans la création de nouveaux vitraux.

Le vitrail du baptême à l’entrée.

Quand on entre dans l’église, on aperçoit d’abord les fonts baptismaux. Ici se trouve un seul petit vitrail dédié au baptême chrétien.
Au milieu du vitrail, la surface de cristal d’un roc irradie la lumière du Saint-Esprit. Y figurent également les quatre cours d’eau du paradis : l’Euphrate, le Tigre, le Giscon et le Pichon (Gen 2,10-14).
Une croix en verre jaune divise le vitrail en 4 parties de verre rouge, cela représente la splendeur céleste. C’est en même temps la couleur de l’amour et du sang, donc de la Passion du Christ. Ainsi ce petit vitrail résume les éléments les plus importants de la foi chrétienne.

Les vitraux de la nef

L’église compte 10 vitraux. Ceux de la galerie et  du chœur sont divisés en 4, ceux de la nef se composent de 14 parties. Derrière ce jeu de chiffres se cache une symbolique chrétienne : Le chiffre 10 correspond aux dix commandements et le chiffre 4 aux éléments, aux évangélistes, aux saisons etc. Le chiffre 14 fait référence aux 14 saints auxiliaires et le 7 est le chiffre de la perfection divine.
Les 14 parties des 7 vitraux sont dédiées aux sept derniers mots de Jésus sur la croix. L’artiste a essayé de mettre en évidence la dramaturgie de cette scène. Luttant avec la mort, Jésus s’adresse trois fois à son Père, au bon larron à qui il promet le paradis, à se mère et au disciple bien-aimé.

La symbolique des vitraux reste assez simple afin de souligner l’importance des différents moments. Dans chaque vitrail on retrouve la croix et les paroles prononcées.

Les différents vitraux :

1.    Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font.

2.    En vérité, je te le dis, aujourd’hui, tu seras avec moi dans le paradis.

3.    Femme, voici ton fils. Voici ta mère.

4.    Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ?

5.    J’ai soif.

6.    Tout est achevé.

7.    Père, entre tes mains je remets mon esprit.

Les trois vitraux divisés en 4 (galerie et chœur)

On y retrouve les thèmes : Proclamation, Résurrection, Assomption.µ

L’orgue.

L’imposant orgue de la manufacture Karl Höckler de Mühlhausen / Heidelberg  fut consacré le 17 septembre 2005. Ses formes correspondent au style néo-gothique de l’église. Ce projet fut réalisé grâce à l’association « Nei Uergel Poarkiirch Géisdrëf asbl ».